Don't Eat Too Much !

Articles tagués “The Boxer Rebellion

The Boxer Rebellion @ Nouveau Casino

Vendredi 25 mars, une date à marquer d’une pierre blanche. Le concert de Boxer Rebellion affichait complet, mais par chance, j’ai pu y assister. Le jeu en valait la chandelle. Le quatuor londonien a assuré 1h20 de concert sans relâche. Et quel spectacle ! Le groupe est d’une telle générosité. J’ai rarement pu assister à un show de la sorte. Tous les tubes du groupe y sont passés : de la B.O de Going the DistanceSpitting Fire, Evacuate ou encore If You Run – aux bijoux du dernier album, en passant par deux chansons de leur premier album Exits.

De la joie et de la bonne humeur en veux-tu, en voilà ! Les Boxer Rebellion étaient heureux d’être sur scène et nous ont fait partager leur plaisir. Vocalement Nathan Nicholson était au top. Il s’est même permis une petite escapade dans la fosse. Le public était réceptif et tapait dans ses mains le long du show. J’ai même cru voir quelques parisiens danser 😀
Niveau arrangements, je n’ai rien à dire. Certes ce n’était pas parfait, mais le groupe a fait preuve d’une telle présence, que tout le reste ne comptait pas.

Et pour conclure ces 80 minutes de concerts, nous avons eu droit, non pas à un, mais trois rappels. Bien sûr le petit bijou No Harm a eu ses 3 minutes de gloire, ainsi que Both Sides are even, Organ Song ou encore Doubt – un grand moment d’émotion. Un concert à la hauteur de mes espérances, voire plus 🙂

J’attends les prochaines représentations avec impatience. En attendant on se quitte avec le second single de The Cold Still The Runner.

Publicités

The Boxer Rebellion – The Cold Still

Des années de galère pour ces londoniens ! Mais comme le dicton le dit si bien « la persévérance finit toujours par porter ces fruits ». Autant dire qu’avec un album d’aussi grande qualité, on ne parle plus de fruits mais bel et bien de laurier.

The Cold Still est une vraie merveille produite par Ethan Jones (Kings Of Leon) En seulement 10 titres, cet album emballe, transporte, émeut,…tellement de choses peuvent se passer en moins d’une heure. Tantôt rock, pop et même folk, cet opus ne comporte pas de fausses notes.

Une ouverture placée sous le signe de la rêverie, No Harm fait tomber les barrières. La voix de Nathan Nicholson est juste sublime. Ce titre place la barre très haut. S’ensuit le single Step Out Of The Car. Je ne comprends pas trop le choix du groupe quant à ce premier single. En effet, il n’est pas très représentatif de l’album. Certes, c’est LE titre rock de l’album…mais surement pas le meilleur. On continue avec Locked in The Basement, une sorte de compromis des deux premiers titres – avant d’attaquer le sublime Cause For Alarm, qui est surement un de mes gros coups de coeur de cet album. On arrive à Organ Song, soit le milieu de l’album. Encore un joli titre, bien que celui-ci me donne une impression de déjà-vu. A vrai dire, ce single à un petit côté Pink Bullets par The Shins…mais ça reste toujours agréable à écouter.

On écouté ensuite Memo qui rappelle les racines du groupe. Un son rock, léger, sans prétention. Une amorce vers le planant Both Sides are Even qui pour le coup est MON coup de coeur de l’album. Pour l’anecdote, je me disais que le quatuor méritait d’oeuvrer dans le teen show américain One Tree Hill. Reconnue pour la qualité de sa bande originale, le show avait révélé des groupes tels que Travis, Jimmy Eat World, Jack’s Mannequin ou encore Bethany Joy Galeotti. Je m’éloigne du sujet.

Donc je disais. Pour les attentifs, vous aurez surement remarqué la présence du titre dans l’épisode de Noël de la série Darkness on the Edge Of Town. Si ce n’est pas le cas, voici une petite séance de rattrapage 🙂

Avant dernier titre, The Runner, un peu similaire au premier single, mais franchement meilleur ! Plus rock, plus percutant…et certainement plus mainstream aussi. Mais quitte à choisir un premier single, j’aurai préféré celui là !

Enfin s’achève l’album avec Doubt, sûrement le titre le plus solennel de l’album. On se croirait à un concert du groupe (les cris des groupies en moins). La voix de Nathan est plus que mise en valeur. On dit souvent d’un album, d’un livre ou même d’une rédaction, qu’on retient uniquement l’introduction et la conclusion. Si celles-ci sont bâclées, alors le travail n’a plus d’intérêt.

Pour ce troisième album de Boxer Rebellion, que ce soit l’intro, le développement ou la conclusion, l’ensemble est soigné. Donc RAS 🙂

Au fait, le groupe fera une apparition au Nouveau Casino le 25 mars prochain 😉